Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc contre un DICTATEUR

De retour après une tentative de censure : le régime liberticide de Guelleh/Khadra et ses laquais ont essayé, en vain, de fermer notre page Facebook

De retour après une tentative de censure : le régime liberticide de Guelleh/Khadra et ses laquais ont essayé, en vain, de fermer notre page Facebook

Victimes depuis longtemps de multiples cyber-attaques de la part du pouvoir en place à Djibouti, nous avons toujours réussi à contourner leurs attaques incessantes et notre page Facebook n'a jamais cessé la diffusion en ligne des publications et autres révélations. Depuis plus de six mois, nous sommes confrontés à un blocage récurrent de la part des administrateurs de Facebook qui ont été induits en erreur par le régime censeur de Guelleh/Khadra. Au mois de juin/juillet 2017, nous n'avons pas pu accéder à des nombreuses reprises à notre page Facebook. Après cette phase de restriction, la page a été temporairement bloquée par l'équipe de Facebook suite à des signalements massifs du régime de Guelleh qui n'ont pas lésiné sur les moyens pour nous réduire en silence. 
Récemment, notre page Facebook a été bloquée pendant plusieurs jours. Nous avons contesté vigoureusement cette dernière censure auprès des instances dirigeantes de la plateforme numérique. Notre réaction n'a pas été vaine puisque nous avons eu gain de cause. L'équipe de Facebook qui a examiné notre page Facebook nous a répondu en ces termes:
« Il semblerait que votre page respecte nos règlements. Nous tenons à nous excuser pour la gêne occasionnée. Étant donné que nous avons déjà examiné votre compte, nous n’avons aucune raison de vous contacter à nouveau au sujet de votre nom, à moins que vous décidez de le modifier. » signée par l'équipe de Facebook. Victoire de la liberté de parole et défaite du régime censeur de Guelleh!
A Djibouti, le régime liberticide de Guelleh/Khadra impose une censure implacable à toute voix discordante et ne permet nullement à ce que la population djiboutienne encagée puisse accéder à une source d'informations indépendante. Seule la propagande d'état a droit de cité dans ce pays sans liberté de la presse. Les atteintes à la liberté d’expression et d’informer sont monnaies courantes dans notre pays. La liberté d’expression est inexistante à Djibouti. Djibouti, un pays où sévit la plus grande censure. C'est le grand vide en matière d'information : aucun journal n'y paraît, ni un quelconque autre média. La presse est muselée car le régime liberticide de Guelleh/Khadra étrangle l'information grâce à des lois répressives, la peur et l'intimidation. Il n'existe aucun organe de presse, aucun média écrit ou audiovisuel indépendant. C'est le seul pays au monde à n'avoir aucun média privé ou indépendant. Les seuls médias existants sont des purs instruments gouvernementaux au service de la dictature.Djibouti est classé 172 ème sur 180 pays au Classement mondial sur la liberté de la presse établi par RSF en 2017.

Facebook est le seul espace de liberté dont les djiboutiens disposent. C'est pourquoi le régime liberticide de Guelleh/Khadra veut à tout prix réduire en silence toute voix discordante sur les réseaux sociaux afin d'empêcher toute couverture indépendante du pays. Ce régime d'un autre âge qui rame à contre courant à l'ère des réseaux sociaux devrait savoir qu'il est vain de s'évertuer à censurer les pages Facebook qui échappent à leur contrôle. 
Nous savons depuis un bon moment que nous figurons dans la ligne de mire du régime censeur de Haramous, que nous sommes devenus la bête noire du pouvoir dictatorial en place à Djibouti et que nous le dérangeons fortement. C'est parce que nous avons mis en ligne des écrits très critiques à l'égard du pouvoir en place que notre page Facebook dérange le régime à bout de souffle de Gueleh/Khadra. Des scoops, des exclusivités, des enquêtes, des révélations explosives, de la ré-information, des faits historiques, des portraits des héros de l'indépendance, etc. 
Voici une liste non exhaustive de nos billets et écrits :
- la vraie biographie du tyran Ismail Omar Guelleh et de son épouse Khadra Haid ;
- les biens mal acquis de la famille régnante ;
- les frasques du gaou gigolo ivoirien Tommy Tayoro ;
- la mise à sac des établissements étatiques, bancaires et privés par la famille régnante ;
- des révélations exclusives sur la cosa nostra de Haramous ;
- Djama Ali Guelleh, le fossoyeur de l'EDD ;
- IOG, le principal architecte de la terreur à Djibouti ;
- la politique de perversion de la jeunesse pilotée par Haramous ;
- Ainaché Ismail, le dauphin dépressif de Haramous ;
- Villa Christophe, le sinistre centre de torture du tortionnaire Guelleh ;
- les enfants gâtés et prédateurs de la nomenclature ;
- Scandale de la pédophilie à Djibouti ;
- Manifeste pour une seconde indépendance à Djibouti ;
etc.
Bas les pattes messieurs les censeurs!

 

 

iog doit partir

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article